Au printemps et souvent jusqu’à l’automne, les fleurs de la famille des graminées s’épanouissent dans les champs, les bordures de routes et de forêts, parfois même dans nos jardins. Si la beauté bucolique de ces épis de blé en miniature nous ravit, les épillets n’en restent pas moins un danger pour nos chiens. Les symptômes qu’ils provoquent sont variés et dépendent de leur point de pénétration. Ils ne sont surtout pas à prendre à la légère et leur retrait devra être réalisé par votre vétérinaire.

Comment l’épillet se faufile dans le corps de nos toutous ?

Nous aimons tellement faire le bonheur de nos animaux de compagnie, que nous en oublions toute prudence, les beaux jours revenus. Promenades dans les hautes herbes au printemps pour leur plus grande joie, herbes folles dans le jardin pour le plaisir de leur odorat. Seulement voilà, les épillets à l’allure inoffensive ne le sont pas pour nos chiens et ont développé le sens de la migration.

epillet-danger-pour-nos-chiens

Beau, mais dangereux pour nos toutous, la prairie d’épillets

Constitués d’un « rachillet », et de barbillons qui leur permettent de s’accrocher aux vêtements et aux poils de nos quatre pattes, ils peuvent perforer la peau grâce à leur extrémité pointue. Une fois installé bien au chaud sous le derme de notre toutou, l’épillet ne se contente pas de rester là et entame une migration, toujours dans le même sens, grâce à sa forme en fourreau et ses barbillons.

S’ils se révèlent dangereux toute l’année, ils le sont davantage à la belle saison, lorsqu’ils sont secs, car cela augmente leur facilité à pénétrer la peau.

Ce charmant végétal n’attend donc qu’une inattention de votre part pour martyriser votre toutou. Il faut donc rester attentif après chaque promenade pour ne pas le laisser faire son nid.

Les symptômes d’une attaque d’épillets

Fort heureusement, l’épillet n’attaque jamais en bande, mais restons méfiants. Lorsque toutou a embarqué cet indésirable, et selon le lieu de pénétration, des symptômes apparaîtront qu’il faudra traiter sans délai :

  • Éternuements répétés
  • Secouage de tête
  • Léchage continu d’une partie du corps
  • Œil clos
  • Boiterie
  • Apparition d’une boule douloureuse
  • Écoulement purulent localisé
  • Abcès
  • Fièvre
  • Saignements, douleurs après une promenade

Certains de ces symptômes ne sont pas exclusifs à l’assaut d’un épillet. Ils nécessitent toutefois de consulter votre vétérinaire, en particulier si vous n’avez pas vu l’épillet ou si le point de pénétration a disparu.

Les parties de nos chiens les plus prisées des épillets

Cette « folle avoine », en dehors de la peau, a le chic pour se fourrer dans les parties sensibles de notre animal de compagnie, en particulier chez les poils longs :

  • Les orifices : nez, oreilles, yeux, parties uro-génitales et glandes génitales
  • Les espaces interdigités et les coussinets
  • Les parties plus fines de leur peau : aisselles, aines et leur charmant bidon.
protegez-vos-toutous-contre-les-epillets

J’avais juste envie de mettre une photo de husky 😉

Il faut savoir que l’épillet est une formule 1, en quelques jours seulement, il est capable de pénétrer plus profondément dans les organes de notre animal, provoquant de nombreux dommages internes.

Les complications dues à un épillet non retiré sur votre chien

Difficiles à repérer une fois que les fleurs de ces graminées sauvages ont migré sous la peau de nos chiens, celles-ci peuvent provoquer de graves séquelles.

En effet, dans le cas d’un épillet dans une narine, ce dernier peut parvenir jusqu’aux voies respiratoires causant des perforations dans les bronches, la trachée, les poumons.

prairie-attention-epillets

Une jolie prairie au couchant peut receler des dangers auxquels on ne pense pas toujours

Lorsqu’il pénètre l’œil, il risque d’alterner la cornée de nos toutous, de provoquer un ulcère, et de le rendre aveugle.

S’il atteint l’oreille, otite et perforation du tympan sont à craindre lorsqu’il remonte le conduit auditif.

Enfin, si l’épillet pénètre par les organes uro-génitaux de votre chien, il peut migrer dans l’utérus ou l’abdomen et entraîner de graves infections.

Pourquoi le vétérinaire reste votre meilleur allié contre l’épillet ?

L’épillet est un fourbe. En voulant intervenir vous-même, vous risquez de ne pas retirer l’entièreté de la fleur. Et dans ce cas, il continuera sa migration dans le corps de votre chien.

Avant toute chose, si vous constatez la présence d’un épillet logé sous la peau de votre animal ou dans ses orifices, ses coussinets, consultez votre vétérinaire. Il pratiquera une légère intervention avec un antidouleur ou un léger anesthésiant, en fonction de la douleur que ressent votre chien.

Si seuls les symptômes sont visibles, consultez immédiatement et ne pratiquez aucune médication qui risquerait de perturber l’examen de votre praticien. De plus, en atténuant les symptômes de votre chien, vous penserez sans doute que l’incident est clos, tandis que l’herbe folle continuera sa progression et augmentera les dommages internes.

En fonction de sa phase de pénétration et de progression, des examens pourront se révéler nécessaires pour repérer l’intrus comme une échographie. En moyenne, pour le retrait d’un épillet, il vous faudra compter entre 60 € et 80 € s’il est visible. Dans le cadre d’une intervention chirurgicale, le coût peut atteindre de 100 € à 300 € si ce dernier a déjà pénétré profondément le corps de notre chien.

Vous l’aurez compris, plus vous réagirez vite et plus l’intervention sera bénigne et moins votre chien souffrira, car la migration de l’épillet est également très douloureuse.

Des tactiques pour minimiser le risque d’épillet ?

 

Protéger nos compagnons de l’attaque d’un épillet n’est pas chose aisée, mais quelques petits trucs et astuces permettront au moins de minimiser les risques.

Dans les grandes steppes herbeuses, les prairies de notre beau pays, préférez la promenade en laisse, en particulier lorsque les herbes sont hautes et sèches.

  1. Inspectez votre toutou sous toutes les coutures après chaque promenade et ne négligez aucun recoin de sa magnifique stature. Ne négligez rien, de la croupe au museau, sans oublier les coussinets, l’anus, la vulve, l’abdomen, les oreilles, en particulier si elles sont tombantes… Eh oui, plus il est grand, plus ça prend du temps, mais cela peut aussi être le moment d’un grand et gros câlin.
  2. Tondez votre… jardin. C’est bien souvent le premier endroit où l’épillet se cache et traque votre chien, l’air de rien. Prenez donc soin de tondre régulièrement — le jardin, pas la tête du chien ! – afin de couper la tête de ses jolies hampes sauvages, mais cruelles avec nos toutous.
  3. epillet-poils-long-first-berger-australien-m-laguillaumieSi votre quatre pattes à un poil à nœud, — si, si ça existe —, coupez-les nœuds ! Un épillet s’y blottira plus facilement et vous risquez de ne pas le voir à l’inspection générale. Pensez également à rafraîchir poils des coussinets et oreilles s’ils sont longs.
  4. Entretenez régulièrement le pelage de votre toutou avec une brosse carde s’il a le poil long, court ou si c’est un chat. Pour les poils frisés ou bouclés, préférez la coupe chez votre toiletteur qui leur apportera un peu de fraîcheur durant l’été. En résumé, brossage, toilettage, démêlage sont vos alliés contre les avoines voyageuses.

    Enfin, afin de contrarier les épillets dans leur revendication à dominer le monde, vous pouvez enduire le pelage de vos toutous d’une huile « gainante ». Les herbes folles glisseront sur leur pelage et auront bien du mal à s’accrocher !

    Crédits images :

    Épillets

    Prairie image shutterstock

     


    0 Comments

    Laisser un commentaire