La loi impose aux éleveurs professionnels de conseiller aux adoptants. Mais entre fausse bonne idée, mauvais conseil ou conflit d’intérêt, il est parfois difficile de faire le tri.

Malgré l’Article 2 de l’arrêté du 31 juillet 2012 qui encourage à la stérilisation, vous voulez quand même vous lancer dans l’aventure. Comme à notre habitude, nous allons tout vous exposer sur le sujet, tordre le cou à certaines idées reçues. Vous aurez les cartes en main pour prendre votre décision avec sa part de risque et ses conséquences.

Rappels législatifs

Portée LOF

Tout d’abord, on va reprendre les bases sur l’appellation LOF, pure-race. Maintenant que l’on parle bien de la même chose, il faut distinguer 2 cas de figure :

  • Vous faites une seule portée LOF par an (par foyer fiscal). Même si la centrale canine vous attribue un numéro d’éleveur, aux yeux de la loi, vous n’en êtes pas vraiment un. A ce stade, vous n’êtes pas non plus un professionnel et encore moins une entreprise.
  • Vous faites au moins 2 portées LOF dans l’année. A ce stade, la déclaration en tant que professionnel est obligatoire. Et là c’est la jungle car en France, on aime la paperasse. Cela entraine de devoir se déclarer à plein d’endroits et de payer plein de choses. Malheureusement, on trouve beaucoup de brebis galeuses dans le métier.

Portée non-LOF

Les portées non-LOF (je ne parle pas des chiens catégorisés ici, c’est un autre problème / débat) peuvent être :

  • Cédées GRATUITEMENT à des adoptants. Et quand je dis gratuitement, c’est gratuitement. Même pas 1 € symbolique. C’est donc au naisseur de prendre à charge tous les frais liés à la portée (identification, vaccins, frais vétérinaires…). Certaines personnes se faisant passer pour des adoptants pour piéger les fraudeurs, vous voilà prévenu.
  • Vendues à un prix variable par des professionnels déclarés en entreprise.

Vous pouvez reprendre les sources de la Centrale Canine, 30 millions d’amis, Service-public.

D’un point de vue fiscal, particuliers doivent remplir une annexe n°2042-C-PRO à leur déclaration de revenus et ce, DES LA 1ère PORTÉE SANS EXCEPTION sinon cela s’appelle de la fraude fiscale et cela peut aller loin (500 000 € d’amende et 5 ans de prison).

Pourquoi vouloir faire reproduire ?

Pour assurer la descendance d’une lignée

Lorsque l’on œuvre pour l’amélioration d’une race canine, l’objectif est d’assurer la descendance des lignées. Le choix et le pourquoi de telle ou telle lignée, c’est très subjectif, nous en parlerons peut-être un jour dans un article dédié.

Cette descendance, c’est l’essence même d’un éleveur. C’est ce qui fait que l’on reconnaît la production d’éleveurs présent depuis plus de 10 ans à la simple vue d’une photo. (Bon ok, sauf pour les mauvais éleveurs qui passent leur temps à changer toutes leurs lignées au moindre problème car ils n’ont rien compris à la gestion d’un cheptel).

Parce que c’est de l’argent facile

L’argent c’est très tabou en France mais ce n’est pas grave, je vais quand même en parler.

  • Commençons par Madame Michu qui ne travaille pas et qui a du temps mais pas beaucoup d’argent. Elle décide de prendre kiki et de le mettre sur mémère. Belle portée de 8 chiots, vendus 1 000 € « pièce », 8 000 € de gagné facilement qu’elle se dit surtout avec l’omission de déclarer aux impôts cette rentrée d’argent providentielle lors des fêtes de fin d’année, merci le Papa Noël… Clairement, c’est le pire du pire, le pompon des mauvais élèves. Et tant que Madame Michu arrivera à vendre, elle continuera jusqu’au jour où… Fisc, décès des animaux ou portée invendues à la maison qui grandit la feront changer d’idée. Ah oui, oubliez les conseils et le « S.A.V. » car au mieux il est inexistant, au pire il est mauvais.
  • Après, passons par les élevages « familiaux ». Terme à la mode, rarement déclaré et encore moins dans les règles de l’art. Toujours une bonne excuse pour justifier d’avoir un travail à côté mais on va aborder ce point plus loin. Mais au moins ça paie les vacances à gauche à droite…

Parce que c’est mon métier

Là, on commence à attaquer les choses sérieuses. Car dites-vous bien que si les races sont ce qu’elles sont aujourd’hui, c’est parce qu’il y a eu des gens passionnés qui ont consacré leur vie à ça (et pas seulement le soir après le boulot…). Et si certains trouvent cela débile, regardez en 500 ans ce qu’est devenu une simple pastèque. Et c’est pareil pour les pêches, les salades, les cerises…

La reproduction, le métier de l’éleveur, la vente de ses bébés lui permet d’en tirer un salaire et d’en vivre. Il n’y a pas plus noble surtout lorsque l’on en connaît les sacrifices que cela impose. Après, le choix d’un éleveur, c’est très subjectif, chacun ayant ses critères.

Les mushers sont un cas à part. Leur production étant généralement diffusée dans ce milieu restreint entre sportifs de plus ou moins haut niveau et permet de financer les courses.

Pour raison médicale

Dans certains cas, un vétérinaire peut conseiller de faire porter la chienne ou de la faire reporter juste après sa portée précédente même si cela intervient moins de 6 mois entre les deux. Inutile de débattre sur les raisons médicales, nous ne sommes pas vétérinaires et il faut parfois arrêter de croire Docteur Google. Comme je dis souvent : à chacun son métier.

Les risques liés à la reproduction

Maintenant, la reproduction ce sont aussi des risques, parfois méconnus, petit tour du propriétaire des problèmes et de leurs conséquences.

MST

Comme chez les humains, les MST (Maladies Sexuellement Transmissibles) existent aussi chez le chien. Et dans un but de reproduction, les contraceptifs sont donc à exclure. Il en existe plusieurs avec des tests parfois onéreux.

  • L’herpès virose
  • La brucellose
  • Le sarcome de Sticker

On peut aussi rajouter tout un tas d’autres infections chez la femelle comme :

  • La cystite
  • La métrite
  • Le pyomètre (qui peut entraîner le décès de la femelle)

La stérilité

Une des conséquences des MST citées précédemment est la stérilité du mâle ou de la femelle. Donc à tous ceux en quête d’un étalon sur les sites gratuits, vous devriez être plus vigilant. Un chien qui attrape tout ce qui bouge, c’est un peu comme un mec qui change de nana tous les week-ends, on ne sait pas trop ce qu’il peut transmettre comme bébêtes. Avouez que ce serait bête que la saillie foirée sans chiot entraîne en plus la stérilité de votre femelle de 2 ans…

Perte des chiots

Devant l’inexpérience, il est facile de faire un mauvais choix, d’attendre avant d’appeler à l’aide pour éviter les frais vétérinaires le dimanche soir à 23 heures. Ce laps de temps peut tout changer en bien comme en mal. C’est ce qui fait l’expérience d’un éleveur après des années d’apprentissage. Et plus il aura mis au monde de chiot, plus il est censé avoir appris.

Il est aussi à envisager le cas pas si rare de chiots mal formés et viables mais invendable, que faire ? Comment vivre avec cette décision ?

Il arrive que la femelle achève ou laisse mourir les chiots non-viables. Et par expérience, ces chiots-là, malgré les technologies d’aujourd’hui ne permettent que rarement de sauver ces petits êtres. Êtes-vous prêt à entendre le craquement des os du chiot sous la mâchoire de la mère qui voit là une source de nourriture ?

Décès de la chienne

Perdre des chiots est un moment terrible mais perdre sa femelle l’est encore plus. Après avoir passé autant d’années avec elle, la perdre à cause d’une portée (voulue ou non) peut être psychologiquement très difficile à vivre et encore plus à s’en remettre.

Si la mise-bas se passe mal, il peut être vital d’amener la chienne chez le vétérinaire en urgence pour déclencher la césarienne. Ah mais, si vous travaillez à côté, qui pourra s’en charger ? Est-ce que votre patron vous autorisera à quitter votre travail ? Arriverez-vous à temps sans créer d’accident routier ?

La question est : êtes-vous prêt à risquer la vie de votre chienne alors que vous n’avez aucune expérience du cycle de reproduction des animaux ?

Les conséquences

Une fois la portée arrivée, abordons tout ce qui va graviter autour.

Congés ou le temps-libre

Et il va potentiellement vous en falloir beaucoup selon la situation du début à la fin sur une période pouvant s’étaler sur 2 à 5 mois. Alors j’espère que vous avez des RTT en stock.

Biberons

Il arrive des cas où le biberonnage de la portée est obligatoire. Rappelez-vous que le chiot à sa naissance n’hérite pas du système immunitaire de sa mère (contrairement à l’homme).

Et les biberons, c’est toutes les 3 heures, 7 jours sur 7, jour comme nuit. Et quand je dis 3 heures, c’est à partir du début du biberon. A cet âge, les chiots ne savent pas téter, il va falloir leur apprendre pour pas qu’ils meurent de faim ce qui veut dire que cela peut vite prendre 1 heure ou 2 avant de faire tout le monde. Cela veut donc dire qu’il vous reste 1 à 2 heures avant le prochain biberon. Oui c’est physique, très éprouvant. Est-ce que vous êtes prêt à assumer cela ?

Les gènes ancestraux…

Dans la nature, le terrier doit rester propre de toute contamination bactérienne car il n’y a pas d’humain pour faire le ménage derrière. Chez les chiens primitif, cet héritage est toujours présent ce qui fait que les femelles, en plus de manger les chiots morts, mangent aussi les crottes et les pipis des bébés. En effet, à cet âge, ils n’ont pas la capacité à survivre en dehors du terrier. C’est donc à maman de faire le nettoyage.

Alors oui, c’est pas ragoutant surtout si la jeune maman veut vous faire un bisou après ;p

La primo-éducation, on en parle ?

Ensuite, une fois tiré d’affaire avec tous ces problèmes, il reste à primo-éduquer tout ce petit monde qui se promène partout. Et là c’est pas une mince affaire. Lorsque l’on voit comment des humains, sur leur propre espèce, n’arrivent pas à éduquer 1 seul enfant, vous imaginez en éduquer 8 d’une race différente ?

Il faut bien se rendre compte que cette primo-éducation (jusqu’aux 2 mois du chiot), va impacter la vie de l’animal sur les 15 années à suivre. Alors oui, si c’est foiré, ce n’est pas vous qui aurez les problèmes mais c’est de votre responsabilité de « naisseur ». On se retrouve ensuite avec des gens qui appellent des éleveurs à l’aide. Mais oui, parfois ils se font envoyer sur les roses. Faire le choix d’acheter son chiot moins cher, ça a aussi des conséquences et maintenant il faudra les assumer. Certes, notre communauté est là pour aider mais nous ne sommes pas magiciens non plus.

Je ne le dirais jamais assez, éleveur, c’est un métier (difficile).

Et si malgré tout ça je n’ai pas changé d’avis ?

Arrivé à ce stade, soit cela tient de l’obsession, de l’obstination, voire peut-être même de la fascination ou de la bêtise mais votre choix est fait. Voyez à vous faire épauler par un éleveur professionnel car lui aura les bons réflexes s’il a assez d’expérience.

Cette expérience peut tout changer y compris s’il faut aller chez le vétérinaire en urgence car, quoi que l’on puisse en dire, lorsqu’un professionnel appelle un vétérinaire en urgence, il a tendance à plus être pris au sérieux qu’un simple particulier.

Certes, c’est une belle aventure mais j’ai déjà rencontré des personnes traumatisées lorsqu’après plusieurs portée, tous les chiots sont décédés sur la suivante. Alors pesez bien le pour et le contre.

Informations complémentaires pour les acharnés

Suite aux nombreux retours sur les réseaux sociaux, voici des informations techniques complémentaires.

  • Pour le colostrum, il est vital au chiot pour lequel le système immunitaire de la mère par voie transplacentaire est quasi nul. C’est résumé en page 5 de cette thèse de 127 pages sur le colostrum justement.
  • La fréquence de reproduction conseillée d’une lice (femelle) est variable d’une race à l’autre. Elle ne représente qu’une recommandation. Une chienne qui a fait 2 chiots n’est pas à pied d’égalité avec une qui a mis bas 12 chiots, dommage que personne n’en parle.

Le Club Français des chiens nordiques et des Spitz du Japon conseille 5 portées entre 20 mois et 8 ans. « De plus, les femelles auront un cycle de repos minimum entre chaque portée ». C’est assez vague pour pouvoir être interprété de plusieurs façons. L’article contient de bonne recommandations surtout lorsque l’on voit le manque de dents revenir sur le husky sur les lignées show (ah c’est bien de faire les malins avec la dysplasie et les MHOCs…).

Les recommandations d’élevage pour le malamute sont assez similaires avec une portée entre 18 mois et 9 ans, 12 mois de repos entre chaque portée et 6 portées maximum.

L’eurasier a aussi ses recommandations d’élevage. Cycle de reproduction entre 15 mois et 9 ans, 12 mois de repos entre chaque portée et 6 portées maximum.

Pour finir, le cas du teckel est beaucoup plus large (et concerne potentiellement d’autres races). Pas plus de 3 portées sur 2 ans soit 3 chaleurs sur 4. Cycle de reproduction entre 15 mois et 9 ans, 8 portées maximum.


0 Comments

Laisser un commentaire