Alors oui, je sais « …ouah ce n’est pas bien. C’est de la maltraitance, patati et patata… »
Bref, passons à un moment où l’on peut se retrouver dans l’obligation de mettre son chien en cage d’éducation ; notamment pour le transport, mais aussi chez certains vétérinaires lors d’une hospitalisation.

Ozzie dans sa cage avec son tapis et ses jouets

Ozzie dans sa cage avec son tapis et ses jouets

Comme le faisait remarquer Juno sur Facebook,  une autre utilisation fort pratique de la cage concerne la propreté de la maison. En effet, si votre animal est trempé de retour de balade ou que vous venez de passer la serpillière, vous allez apprécier cet outil pendant le séchage.

Donc, dans ces cas-là, autant que pour notre ami ce soit le moins stressant possible. Non je n’évoquerai pas la cage comme solution miracle pour les chiens destructeurs puisque le problème du chien destructeur mérite une analyse particulière et personnel (le but étant de rechercher la cause des destructions et non pas de la masquer).

Cage d’éducation, faire ses choix

Donc allons-y. Il existe plusieurs types de cage selon que ce soit pour les expositions, le transport en véhicule, le transport en avion ou bien même une niche d’intérieur intégrée dans la décoration. Les prix étant variables selon le type et la marque, je vous conseille de faire votre choix en prenant en compte l’objectif principal : fournir à votre poilu un endroit sécuritaire. Sa sécurité implique donc qu’il ne puisse pas en sortir seul ainsi qu’en limitant sa capacité d’interaction l’extérieure de la cage.

cage d'éducation vide

cage d’éducation vide

Ensuite la taille : et bien là ça commence à se compliquer. En effet, dans un souci de rentabilité, il faut prendre une taille adaptée à votre chien adulte (et oui les chiots grandissent très vite) et il serait dommage d’être obligé de le contorsionner pour le faire entrer une fois grand.

Elle doit être suffisamment :

  • HAUTE, pour que le chien se tienne debout tête droite.
  • LARGE, pour qu’il puisse se tourner sans peine.
  • LONGUE, pour que le poilu puisse s’allonger de toute sa longueur tête/queue détendues.

(Je rappelle que je ne parle que de la cage ;p)

Il ne reste plus qu’à placer la cage dans un endroit approprié. Hors cas spécifique, vous la placerez où bon vous semble en faisant attention aux courants d’air, à la luminosité mais aussi aux points chauds ou froids.

Exemple : devant la baie vitrée exposée plein sud, ce n’est pas une bonne idée même hors période de canicule (je vous laisse y réfléchir).

Pour la suite il existe 2 écoles :
Soit en présence du chien (que j’appellerai « tiensuntrucnouveau ») soit sans le chien appelons le : « tesquitoi »).

Le cas « tiensuntrucnouveau »

Vous déballez et assemblez la cage donc restez très calme et oui par vos attitudes vous êtes déjà en train de lui montrer comment se comporter avec ce « machin bizarre » sur lequel vous grognez depuis 5 bonnes minutes. Donc on garde son calme, on ne crie pas etc…
Et on n’interdit pas au chiot de venir, de voir, de sentir pendant le montage quitte à ce qu’il vienne vous offrir son aide pour l’assemblage. Une fois le travail terminé, prenez soin de ramasser tout ce qui pourrait trainer et laissez la porte de la cage ouverte sans rien dire, ni incitation.
À partir de ce moment le schéma redevient commun aux 2 cas.

Le cas « tesquitoi »

Donc on rentre à la maison avec le colis inquiétant, on le pose et on poursuit notre rituel d’arrivée. On sort avec « tesquitoi » ainsi que son loulou pour faire une petite ballade (jeu/pipi) puis on rentre seul. Là, on laisse son compagnon seul (ou avec une personne tierce) dans le jardin ou sur le balcon, qu’importe tant qu’il ne s’agit pas de la pièce où l’objet sera placé.

Une fois le montage terminé, il convient de quitter la pièce qui abrite la cage en laissant sa porte ouverte afin de rejoindre le poilus et la baby Sitter (la personne qui était avec « tesquitoi », pas la petite qui garde le môme de la voisine, hein ;p)

Là on se retrouve sur le même schéma qui va consister à laisser agir le chien (« tesquitoi » ou « tiensuntrucnouveau »). Pour nous il ne reste plus qu’à observer.

La rencontre avec la cage d’éducation

Cas particulier, si le chien n’en a rien à battre de ce truc-là, et bien tant mieux on ne le pousse pas vers la cage et on n’attire pas son attention dessus non plus (vous pourriez avoir des déconvenues plus tard).

  • Les huskys en vadrouille au dortoir.
    Les huskys en vadrouille au dortoir.
  • Les huskys en vadrouille - Oui, dans une caisse à chiot, un husky rentre et se sent à l'aise...
  • Ozzie dans sa cage avec son tapis et ses jouets
    Ozzie
  • Urane Of Watson Lake dans sa cage de transport
    Urane

L’étape suivante peut prendre plusieurs minutes voir plus d’une heure, soyez patient. Vous observez, et relevez toutes les attitudes de votre compagnon. Ce sont ces observations qui détermineront si, oui ou non, vous devez intervenir.

S’il ignore la cage, c’est parfait, il sera temps de la rendre intéressante le moment venu.
Par-contre en cas de réactions exagérées on devra agir immédiatement !

Dans une très large majorité des cas il s’agira de peur. En fonction de la race de votre chien et de son caractère individuel, le « je te mets la gamelle au fond » de la cage peut ne pas suffire, je pense notamment aux CLTs. Et dans ce cas-là il n’y aura que la combinaison de la relation de confiance entre chien et humain (que vous avez établie) associée au jeu qui lui permettra de passer par-dessus sa peur.

Les témoignages

Ce sujet a levé de nombreux retours d’expérience de la communauté. Nous vous faisons partager une partie de ceux-ci dans ce chapitre dédié.

« J’ai du l’utiliser car Lyzzie détruisait beaucoup mais, une fois, elle nous a allumé le gaz. Une grosse frayeur. » – Sophie

« Perso je ne l’utilise quasiment plus. Elle reste ouverte constamment et lui sert de niche ou de caisse de transport. Mais pendant un moment j’étais obligée de fermer la nuit car elle allait faire pipi à un endroit malgré une sortie aux alentours de 23h… Maintenant tout est réglé. Et pour la voiture par contre c’est top car elle s’y sent en sécurité. » – Léa

« Moi je n’ai pas le choix. Depuis 10 jours mon chien a fait une chute de 2 mètre 50 et donc luxation de la hanche.  […] La cage lui permet de rester tranquille pendant que je travaille et ne pas jouer avec les autres. » – Nathalie

Explication de la technique

husky dans la cage d'éducation 3

Votre compagnon dans la cage

Il faut d’abord commencer par un moment de complicité avec Médor (caresses, promenade, brossage…)
Une fois détendu et entré dans la phase « jeu interactif » vous privilégierez le jouet du style « nœud de corde, chiffon, balle (uniquement pour les chiens qui rapporte à chaque fois). Médor va « monter » en excitation au fur et à mesure que le jeu dure. De là, vous en profiterez pour vous rapprocher doucement de l’objet du délit jusqu’à être tout contre (voir même à l’intérieur pour les maitres les plus acrobatiques ou les chiens les plus peureux) et cela avant que Médor ne se lasse du jeu.

Attention, pour les jeux de balle, c’est la balle qui se rapproche de la cage et qui finit par entrer (comme tous les jeux « va chercher/rapporte »). La séance ne dure pas plus de 10 minutes, en moyenne 5 minutes suffissent pour que Médor franchisse cette phase. Maintenant que vous êtes tous les deux dedans (ou seulement lui) vous allez calmer le jeu et le faire « redescendre » en apaisant Médor. Attention, ce n’est pas le moment de le récompenser, mais uniquement de le calmer.

husky dans la cage d'éducation 2

Le travail d’apprentissage terminé

 

Crédit

Quand Médor sera de retour en mode « RANTANPLAN », là vous le récompenserez en faisant attention à ne pas le remettre sur le mode « Médor ». Cela devrait suffire mais rien n’empêche d’assurer le coup en lui donnant 3-4 repas dans sa cage.

Voilà, la cage est devenue neutre voir positive, à vous de ne pas la transformer en autre chose et pour cela voici quelques dernières recommandations :

  • La cage (ou sa proximité) n’est pas un territoire où l’on punit.
  • Personne ne doit déranger un chien en cage (surtout pas les enfants !!!).
  • L’accès doit être libre et autorisé quand vous êtes présent.
Crédits photos : Juno LaRousse, Marion Ba (Les huskys en vadrouille), Yann, Vincent
Catégories : Mode de vie

3 commentaires

Magali · 18 avril 2018 à 13 h 14 min

Bonjour Yann, article super intéressant, mais que conseillez-vous si le chien est adulte et qu’on se décide enfin à investir dans une cage pour le voyage. Est-ce trop tard ? Je pense en particulier au husky, qui passé un certain âge se lasse très vite du « va chercher/ rapporte ». Merci d’avance de votre réponse

    Yann · 18 avril 2018 à 13 h 48 min

    Pour un adulte ( comme un chiot d ailleurs)
    Le jeu n’est pas toujours la motivation la plus forte
    Mais restera la plus efficace
    A vous de trouver un jeu qui motive votre chien
    Le morceau de corde où chacun tire de son côté est souvent très apprécié
    En plus il renforce la complicité entre vous

      Magali · 20 avril 2018 à 22 h 19 min

      Merci de votre réponse. Je vous posais la question parce que mes huskys n’étaient point très porter à ramener la balle. Cela dit, rentrer dans la cage pour la récupérer peut aussi les encourager à y rentrer et ne pas la considérer comme négative.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.