L'état des lieux

Nous sommes nombreux à avoir d’autres animaux à la maison qui ne sont ni humains, ni huskies. Alors oui, nos loulous ont des congénères de la même espèce mais qu’en est-il de tous les autres qui vivent, plus ou moins bien avec des compagnons parfois très improbables ?

Au travers des différents membres de notre communauté, petit tour d’horizon. Comme nous avons eu beaucoup de retours, je ne pensais pas qu’il y en aurait autant, un album complet a été réalisé.

Les alliances (presque) classiques

Chiens et chats

C’est un grand classique. Malgré le proverbe « s’entendre comme chien & chat », les deux peuvent très bien cohabiter ensemble dans une certaine mesure. Pour que cela fonctionne, il faut que le chien ait été en contact avec le chat dès son plus jeune âge et qu’il continue d’en côtoyer en grandissant.

Donc, si votre husky n’a pas vu de chat pendant 1 ou 2 ans, oubliez cette idée. Oui, certains y sont arrivés mais peut-être était-ce de la chance ? En tout cas, une chose est sûre, ce n’est pas la majorité. Pour une cohabitation réussie, combien de drames ? Beaucoup trop et nous le voyons trop souvent au sein de notre communauté.

Chiens et chevaux

La différence de gabarit commence à en imposer et le chien n’est clairement plus le plus gros dans l’histoire. Il faut toutefois reconnaitre que la probabilité pour que le cheval vive dans la maison avec sa paillasse devant la télévision a peu de chance d’arriver (normalement).

Chiens et lapins ou volailles

blankLà nous commençons à contrarier la chaîne alimentaire. Clairement, entre ces deux espèces vivant aux mêmes endroits, l’un mange l’autre. Pourtant, voici plusieurs exemples de cohabitation.

blankVisiblement, notre modératrice adorée Tatiana n’a pas pu créer ce lien d’amour avec cette faisane.

Chiens et caprins, ovins, bovins

blankQuitte à être dans les animaux de ferme, pourquoi pas une chèvre ou un mouton après tout ? Nous y reviendrons bientôt.

Les alliances exotiques

Rentrons maintenant dans les cohabitations les plus surprenantes. Petit rappel, en France, la détention d’animaux sauvages est interdite. La possession d’animaux non-domestiques est autorisée sous conditions (un formulaire est à remplir). Ce qui veut dire que, sous certaines conditions, un tigre par exemple, peut passer du classement d’animal sauvage à animal non-domestique. Mais ce n’est pas le but de cet article. Vous pourrez trouver des informations complémentaires sur le site du Ministère de la Transition Ecologique.

Bruce & Charlie & Casper

blankL’histoire qui va suivre est « chouette ». C’est mignon un chat, nous aimons tous les chats (à moins que nous soyons victime du toxoplasma gondii), mais c’est aussi un prédateur et un chasseur hors-pair.  Le récit initial de Medrea Roland Flavius a été traduit car les protagonistes ne sont pas francophones.

Charlie, la chouette (car oui, la chouette n’est pas la femelle du hibou), a été récupéré en 2019, blessé par un chat qui n’a pas pu en faire son repas. Le lien avec Bruce, son chien-loup tchécoslovaque s’est fait naturellement. Ils se sont acceptés dès les premier contact. Bruce a un grand cœur, il accepte la présence de nombreuses espèces différentes de la sienne faisant de lui, un chien exceptionnel. Charlie, posé sur le dos de Bruce, ils se promenaient ensemble et même dormaient blottis l’un contre l’autre. Le chat de la maison a aussi accepté ce nouvel habitant. Toute bonne histoire a malheureusement toujours une fin, Charlie est finalement décédé en mai cette année d’une infection qui n’a pas pu être soignée.

L’histoire s’est répétée avec Casper cette année. Perché dans les arbres en bordure de route, il guette les rongeurs traversant la route pour lui servir de repas. Mais les chats observent aussi et ont finit par comprendre la routine de chasse du rapace. Rescapé lui aussi il vit avec Bruce dans un doux foyer et tout va bien pour le moment. Souhaitons-leurs une longue vie pleine d’aventures et merci pour leur témoignage 😊.

Meiko & Marcel

blankContinuons dans l’exotisme avec l’histoire de Mei Mel. Présentons les protagonistes. Adopté petit, Marcel, le pogona a aujourd’hui 6 ans. Meiko, le husky a 4 ans. Il a été adopté à 22 mois et a été présenté après sa castration afin qu’il soit plus posé. Voici leur histoire.

« Pour les présentations j’ai gardé mon Marcel dans les mains et demandé à Meiko de s’assoir et de ne pas bouger. J’ai mis Marcel devant sa truffe, en lui répétant « pas toucher » plusieurs fois. Meiko a ouvert la gueule mais je sentais que ce n’était pas méchant mais je ne voulais pas qu’il commence cette mauvaise habitude quand je lui présente son futur copain. Donc je lui ai répété « non, assis, pas toucher ». Il a respecté mon ordre, je l’ai laissé le sentir plusieurs fois…
Lorsque je sortais (et que je sors toujours) mon pogona du terrariu, je le présente à mon loup devant sa truffe encore et encore… Jusqu’au jour où j’ai enfin senti dans le regard de mon chien qu’il ne lui ferait rien.
J’ai posé marcel au sol et là mon loulou s’est mis à tourner autour de lui en couinant et émettant de petits aboiements car jusqu’à présent je lui présentais dans ma main.
Mon pogona commence à marcher, mon loup le suit tout en aboyant gentiment je lui répète l’ordre de ne « pas toucher », « c’est bien » …
Maintenant Meiko et Marcel sont des « copains ». Certes que je ne laisserais jamais seuls ensembles, mais sous ma surveillance.
À chaque sortie de Marcel, je le montre à Meiko qu’il soit prévenu que le pogona de la famille est dehors ».

Akhela & Narcos

blankPour clôturer ce petit tour des rencontres insolites, Julie est passionnée de serpent et vit avec Narcos, son python depuis presque 3 ans. Il est vrai que sur le papier, il a de quoi attirer l’attention :

  • Il ne mange pas le canapé ni les coussins
  • Sa mue ne se colle pas sur tous les vêtements
  • Pas besoin de le brosser tous les jours
  • Il ne fait pas de bruit
  • Il peut rester seul
  • Pas de problème de harnais pour la promenade
  • Pas de guerre de marques de croquettes, lui est au BARF

Lorsque Julie a rencontré son chéri, lui avait fait le choix du husky, Akhela.

Les 2 compères cohabitent plutôt bien ensemble sous surveillance depuis maintenant environ 2 ans et demi. En animal curieux, Akhela va régulièrement rendre visite à Narcos devant son terrarium parce qu’un husky qui ne fait pas la commère, ce n’est pas vraiment un husky ;p. Comme quoi, il est possible de faire cohabiter beaucoup d’animaux différents avec nos huskies.

Les dangers

Le danger, nous le connaissons tous, c’est le risque que l’un blesse l’autre, voir le tue. Lorsque la différence de poids devient importante, un geste un peu brusque peut vite devenir fatal pour le compagnon plus léger et plus fragile.

D’un autre côté, il ne faut pas non plus sous-estimer le coup de griffe des chats qui ont malheureusement crevé tellement d’yeux de chiens.

En l’absence d’humain responsable, on ne peut que conseiller de séparer les congénères pour éviter tout soucis, juste par simple précaution. En effet, une simple poubelle déchirée peut vite devenir une source de convoitise et de conflit par exemple.

L'histoire d'Ice Cream Sandwich

blankPour ceux qui me connaissent, vous savez que j’ai eu un certain nombre de caprins à la maison (enfin dehors). La cohabitation était claire : chacun chez soi. Mais le husky étant ce qu’il est, une porte ouverte, une faille dans le parc et l’instinct prenait systématiquement le dessus jusqu’à…

Ice Cream Sandwich était un bouc nain sans corne provenant de l’élevage Fétichèvre. Lorsque son compagnon Google est décédé, il s’est pris d’affection pour mes 2 huskies, Cybèle & Sheree Jones. Il dormait devant leur parc la journée et ensuite au pied de la maison lorsqu’elles étaient avec moi. Il serait d’ailleurs bien rentré aussi mais non, il ne faudrait pas exagérer non plus.

Il a d’ailleurs poussé le vice à les faire évader de leur parc plusieurs fois à tel point qu’il a fallu mettre un cadenas pour éviter que cela ne se reproduise.

Lors des balades avec mes 2 chiennes en laisse enrouleuse, il tenait absolument à venir. J’ai bien tenté de le mettre dans son enclos mais il s’évadait systématiquement malgré 7 lignes de 6 000 volts. Car oui, il avait compris qu’en l’air, toucher le fil n’envoyait aucune décharge. (Google lui se servait de ses cornes pour soulever les fils d’un coup et passer…). J’ai tenté de le placer dans le parc des filles lorsqu’elles étaient dans la maison. Et là, à partir du moment où je sortais, il franchissait les grilles de 1,84m sans forcer. Il venait ensuite retrouver ses 2 compagnes pour la balade qui l’ont accepté sans trop de soucis.

À chaque promenade, il y avait donc mes 2 huskies en laisse enrouleuse et mon bouc en liberté au milieu. Cela ne manquait pas d’intriguer les rares personnes que je croisais au milieu de la pampa.

Cybèle a commencé à avoir des problèmes de santé et j’ai dû la séparer temporairement de sa fille. Cette période a été compliquée mais pour faire court, j’ai tenté de mettre Ice Cream & Sheree dans le même parc pour qu’ils se tiennent compagnie. Ils étaient plutôt heureux ensemble et partageaient la même cabane. Bah oui, pourquoi faire chambre à part ?

Il s’est écoulé plusieurs mois jusqu’au jour où en rentrant le soir, j’ai trouvé mon bouc décédé dans la cabane. Il n’avait qu’un coup de croc mal placé à l’encolure derrière son collier. Je ne saurais jamais ce qu’il s’est passé. Est-ce que le jeu a mal tourné ? Est-ce que l’instinct a repris le dessus (même s’il n’a pas été mangé) ? Je ne peux faire que des hypothèses.

Conclusion

Retenez bien que la plupart des cas présentés ici sont des cas particuliers entre deux (ou plusieurs animaux). Dans un contexte de vie différente ou avec un autre animal, la cohabitation pourrait être impossible voire dangereuse.

Nous n’avons pas tous la même expérience, le même ressenti et le même contact animal. N’essayez pas d’imiter en pensant être meilleur que les autres.

À partir du moment où l’on place deux animaux ensemble, on doit accepter cette part de risque inhérente à la vie animale qui peut transformer des moments de bonheur en tragédie. Ce n’est pas forcément un drame prémédité ou une vengeance, simplement la stricte loi de la Nature ou la faute à « Pas-De-Chance ».

Alors soyez raisonnables et restez humble face à Dame Nature car on ne gagne jamais à la contrarier.

Categories: Mode de vie

0 Comments

Laisser un commentaire

blank