La vie de bureau ne vous convient plus et vous avez décidé de vous recentrer autour des animaux et plus particulièrement les chiens. Les métiers de l’univers animaliers sont riches et variés, mais concentrons-nous aujourd’hui sur celui de l’élevage professionnel de chiens. Comment devient-on éleveur canin professionnel ? Regardons dans les grandes lignes comment se passe la vie d’un éleveur qui vit réellement de sa profession au quotidien. Éleveur ne doit pas être un hobby le soir et le w-e pour « briller » devant les amis autour d’un verre…

Une histoire de passion

Comme toute profession, devenir éleveur de chiens est avant tout une histoire de passion. Car ce métier occupe rapidement beaucoup de temps : 7 jours sur 7, parfois même la nuit vous pouvez être avec vos animaux. Il faut donc être conscient que les clichés sont très souvent, surreprésentés pour vendre du rêve.

Dylan en train de donner le biberon à l’élevage.

Biberonner un chiot permet de produire de belles images qui font rêver. Cependant, c’est loin d’être une réalité fréquente et amusante lorsqu’il faut le faire pendant 15 jours, toutes les 3 heures jour et nuit. Bien sûr, votre métier d’éleveur vous amènera à :

  • Être en contact avec les chiots dès leur naissance ;
  • Éduquer ces bébés et les voir grandir ;
  • Câliner ces derniers pour vous assurer d’un bon développement psychologique et physiologique du chiot.

Toutefois, restons réalistes, ce n’est pas ce qui occupera la plus grande partie de votre journée. Cette méconnaissance du métier provient d’une surmédiatisation liée aux réseaux sociaux qui n’arrange pas les choses.

Alors comment s’articulent réellement les journées en élevage ?

La journée type de l’éleveur professionnel canin

Que votre passion vous amène à élever des chiens de petite, moyenne ou grande taille comme le teckel, le chihuahua, le cocker, le husky, le labrador ou le mâtin de Naples, s’assurer du bon développement des chiots et de l’équilibre de vos animaux reproducteurs nécessite de l’assiduité.

Des matins souvent chargés

Avec le temps, vous verrez que le planning de travail induit une certaine régularité. En effet, la plus grande partie de votre matinée sera consacrée au :

  • Nourrissage de vos pensionnaires ;
  • Remplissage des gamelles d’eau ;
  • Nettoyage des parcs et chenils.

En fonction du nombre d’animaux dans le cheptel, vos matinées peuvent être très chargées.

Construction du plancher bois

Ensuite, c’est généralement au tour des soins et prises de médicaments. Le brossage des poils peut entrer dans cette partie-là, en effet, un chien mu deux fois par an. Sur nos nordiques, cela représente du poil, beaucoup de poil, ÉNORMÉMENT de poils. Si vous voulez les garder pour en faire de la laine avec DogWool par exemple, c’est possible, néanmoins il faudra trier les poils, car tous ne sont pas utilisables.

S’il n’y a toujours pas eu d’urgence entre temps, un peu de bricolage et d’entretien des parcs s’avère nécessaire :

  • Jardinage dans les parcs ;
  • Entretien des chemins pour les visiteurs et futurs acquéreurs de vos chiots ;
  • Vérification des clôtures, des cabanes et niches, des planchers…

Selon votre installation, en extérieur ou en bâtiment, du matériel que vous possédez, la durée de cet état des lieux régulier se révèle variable d’un élevage à l’autre.

Des après-midis bien remplies pour l’éleveur canin

Ah, c’est enfin l’heure de s’occuper des bébés ! La primo-éducation est une étape cruciale de la vie de l’animal. Exercer le métier d’éleveur, c’est aussi poser les bases de l’obéissance et de l’apprentissage chez le chiot. Un travail bâclé et ce sont les familles adoptantes qui en feront les frais. Et le « Service après-vente » pourrait prendre bien plus de temps qu’estimé. Le travail avec les chiots et la maman est avant tout une question de feeling. Comme chaque être vivant, les chiots n’auront pas besoin de la même attention en temps. Tout comme l’apprentissage de la marche en laisse sera aisé pour certains et plus long pour d’autres.

Enfin, à la fin de la journée, le professionnel canin nourrit les femelles lactantes et les chiens à 2 repas par jour. 3 repas par jour (ou plus) pour un chien en bonne santé n’ont pas de justification biologique pour la plus grande majorité des races. Ce serait un peu long à développer et nous reviendrons sur ce sujet dans un prochain article.

Livraison en 38t de 50 poteaux pour un poids d’environ 2 tonnes

Les tâches régulières récurrentes de l’élevage professionnel du chien

À tout ce tronc commun, il faut ajouter les tâches régulières comme :

  • La logistique de livraison de la nourriture et du matériel ;
  • Le travail inhérent lorsque l’on s’occupe d’animaux comme les saillies, les mises bas à n’importe quelle heure ;
  • Le recours au vétérinaire pour les primo-vaccinations ou les urgences.

 À cela s’ajoute toute la partie administrative de votre entreprise et les clients à recevoir et gérer.

Avec la crise de la COVID, il n’est normalement plus autorisé de recevoir les familles en groupe. Si certains éleveurs y avaient recours, c’était pour gagner du temps, mais est-ce bien éthique et commercial ? À chacun de juger.

Réparation sous une pluie battante de la clôture électrique

Sachez que ce mini résumé est valable tous les jours, toute l’année, qu’il fasse un soleil de plomb, qu’il neige, qu’il vente ou qu’il pleuve, que l’on soit malade ou que l’on ait fait la fête la veille. Et n’oubliez pas les aléas de la vie d’un éleveur avec une saillie ou une mise bas en plein milieu de la nuit, une césarienne, une bagarre… Il faut savoir jongler avec son planning surtout lorsque l’on a, comme tout un chacun, une vie familiale à côté.

Je défends depuis de nombreuses années le travail professionnel à temps plein justement pour les points évoqués précédemment. Car, à moins d’avoir un employeur particulièrement conciliant, que ferez-vous si une mise bas arrive plus tôt que prévu et nécessite d’aller chez le vétérinaire en urgence ?  

Les formations pour devenir éleveur de chiens

Avant de passer professionnel, il faut se former. Je vous le dis, être éleveur, CE N’EST PAS mettre kiki sur mémère, attendre et vendre les bébés. C’est un métier qui demande des compétences, de la patience, une part de chance et du feeling et tout un tas d’autres qualités qui feront la différence entre un bon et un mauvais éleveur.

Si de bonnes connaissances cynophiles sont indispensables pour le bien-être de vos animaux, ces compétences vous permettront également de sélectionner, faire reproduire et éduquer vos chiens dans les meilleures conditions pour eux, comme pour vous.

Bien que deux formations vous permettent de devenir éleveurs de chiens ou de chats :

  • BPA ou Brevet Professionnel Agricole travaux de l’élevage canin et félin, niveau 3e/CAP ;
  • Bac pro conduite et gestion d’une entreprise du secteur canin et félin.

Actuellement, seul l’ACACED vous permet de démarrer une activité d’élevage canin auquel s’ajoute le tronc commun pour toute création d’entreprise. L’ACACED peut être financé par Pôle Emploi ou le Compte Personnel de Formation (CPF). Les formations citées plus haut ne sont donc pas obligatoires pour élever et vendre des chiens ou des chats.

Devenir éleveur canin c’est devenir chef d’entreprise

Être éleveur canin, c’est d’abord être un chef d’entreprise. Vous construisez une activité commerciale qui vous fera vivre de votre passion. Au début, il faut être réaliste, il est important d’assurer votre sécurité financière avec un travail à côté le temps de développer cette jeune entreprise surtout si vous avez une famille à nourrir.

Afin de rester crédible auprès de vos clients, il est plus que souhaitable de savoir s’exprimer à l’oral, comme à l’écrit, dans un français correct. Ceci est d’autant plus vrai lorsque vous visez une race de chien onéreuse pour parisien branché. Les outils informatiques actuels permettent de détecter et corriger de nombreuses fautes alors investissez et utilisez ces logiciels.

En tant que chef d’entreprise, vous devrez vous familiariser avec les numéros de SIREN et de SIRET, choisir l’affixe de votre élevage de chiens, comprendre la gestion d’entreprise.

En effet, votre élevage canin n’est ni un refuge ni une organisation caritative : vous êtes là pour gagner votre vie. Les recettes liées à vos ventes ne sont pas là pour payer vos loisirs (que ce soient des voyages à l’étranger, un nouveau canapé, une télé dernier cri…). Et c’est souvent là où le bât blesse. On voit trop souvent des éleveurs professionnels dénigrés par de jeunes hobbistes qui ne font ni plus ni moins que voler le travail des premiers.


Réseaux sociaux et regard des autres

Dites-vous bien que l’on ne peut être d’accord avec tout le monde, c’est ainsi, on n’y peut rien. Ne perdez pas de temps avec les personnes négatives et autres rageux. Au premier commentaire inapproprié, supprimez le message et bloquez la personne. Ce n’est pas de la censure, c’est de l’autoprotection anti-con ^^.

Alimentation et éthique de l’éleveur canin professionnel

En tant qu’éleveur, vous avez la responsabilité de la bonne santé de vos animaux. Les solutions sont nombreuses :

  • Pâtées ;
  • Croquettes (avec ou sans céréales) ;
  •  BARF ;
  • Ration ménagère ;
  • Déshydraté ;
  • Lyophilisé.
Les rations au BARF avant le passage au BARF mixé

Si on rajoute la provenance de ces produits et les différences de prix parfois importantes, vous devez faire un choix entre le mieux et ce que vous pouvez offrir à vos chiens en fonction de votre budget.

Tout est question d’éthique, vos choix alimentaires, d’infrastructure, de soins ostéopathiques vont déterminer votre philosophie. Produire de beaux chiots ne servira à rien si vous n’arrivez pas à les vendre à cause d’une éthique qui ne correspond pas aux attentes de vos clients.

Combien gagne un éleveur ?

Être éleveur professionnel, c’est vouloir vivre de son métier. Votre CA, votre salaire, c’est le nerf de la guerre. Dans le domaine de l’élevage canin, les contrastes sont assez importants. Entre un chiot berger malinois au LOF cédé 500 € et un chiot pomsky non-LOF (race non reconnue) vendu entre 2 000 et 4 000 €, l’écart est important.

Ensuite, tout dépend aussi du nombre de chiots que vous produisez par an mais dites-vous bien qu’en dessous de 50-100 chiots / an (à 1 000 €), vous ne tirerez même pas le salaire minimum français. Car, il faut le rappeler, si 100 chiots à 1 000 € représente un chiffre d’affaire de 100 000 €, ce n’est absolument pas votre salaire ni votre bénéfice. Ne vous faites pas avoir, vous couleriez votre société dès la première année.

Donc si vous pensiez rouler en voiture de sport ce n’est définitivement pas la bonne voie professionnelle.

Un accompagnement personnalisé pour démarrer plus vite

Devant les messages de plus en plus nombreux sur Facebook de personnes voulant démarrer l’élevage de chiens, plusieurs formations ont vu le jour. Les prix sont tout aussi variés que leurs contenus.

Afin de répondre à cette demande, 1001 nordiques a mis en place un accompagnement personnalisé pour votre projet. Vous ne trouverez pas des dizaines d’heures de vidéos préenregistrées, car nous travaillons sur mesure. Nous étudions ensemble :

  • La viabilité de vos biens immobiliers pour débuter votre activité d’éleveur dans des conditions optimales ;
  • Les biens les plus adaptés si le démarrage de votre activité nécessite de déménager ;
  • L’agencement de vos parcs et chenils pour respecter les normes sanitaires et optimiser vos tâches quotidiennes.

Nous mettons à votre disposition, 20 ans d’expérience dans l’élevage professionnel pour répondre à vos questions et vous aider à prendre les bonnes décisions pour votre future activité d’éleveur professionnel. Plus besoin d’aller poster sur un groupe Facebook où vous recevrez 200 réponses différentes et parfois aucune de professionnels.

Nous vous appuyons, en toute confidentialité, pour toutes vos questions sur :

  • Alimentation de la femelle gestante, du chiot et du chien ;
  • Génétique, tests et gestion de cheptel ;
  • Sélection des reproducteurs ;
  • Éthologie et comportement animal ;
  • Soin des plaies et bobologie ;
  • Protocoles sanitaires ;
  • Construction et gestion des parcs ;
  • Gestion comptable, logistique et administrative ;
  • Relation client, réseaux sociaux.

Notre accompagnement personnalisé est dispensé par visioconférence, téléphone ou chat. Avec nous, vous gagnez un temps précieux pour démarrer et développer votre activité dans les meilleures conditions.

Afin de vous apporter un accompagnement de qualité, nous n’acceptons que quelques élèves par an*.

Une soirée au coin du feu avec les bénévoles après une dure journée de travail, c’est toujours agréable.

Si comme nous vous pensez que l’élevage professionnel de chien s’exerce dans le respect de la physiologie et de la psychologie de l’animal, qu’un élevage professionnel se doit de proposer plus que des bâtiments en batterie de 5 m2 par chien, contactez-nous !

*Nous étudions chaque candidature afin qu’elles correspondent à notre vision de l’élevage professionnel et à ce que nous enseignons.

Traceur GPS pour chiens par Tractive
Ultra Premium Direct, croquettes premium françaises direct usine
SantéVet, assurer son animal, c'est pas bête !
Traceur GPS pour chiens par Tractive
Bannière - Ultra Premium Direct
SantéVet, assurer son animal, c'est pas bête !
previous arrow
next arrow
Naku, c’est de la nourriture déshydratée
Traceur GPS pour chiens par Tractive
SantéVet, vos frais vétérinaires remboursés
Ultra Premium Direct, croquettes premium françaises direct usine
WoufBox, une box adaptée à votre compagnon tous les mois
la ferme aux animaux
Naku, c’est de la nourriture déshydratée
Traceur GPS pour chiens par Tractive
SantéVet, vos frais vétérinaires remboursés
Bannière - Ultra Premium Direct
WoufBox, une box adaptée à votre compagnon tous les mois
la ferme des animaux
previous arrow
next arrow
Categories: Mode de vie

blank

Vincent Duvernet

Passionné d'informatique, d'électronique et d'animaux. J'expérimente des projets personnels alliant ces 3 domaines. J'ai passé plusieurs formations en génétique pour étendre mes compétences.

0 Comments

Laisser un commentaire

Avatar placeholder