fbpx

L’avantage de cette mésaventure, fut qu’Ontario en garda des « séquelles » qui s’avérèrent fort pratiques durant nos futures promenades en forêt… Mais nous en reparlerons.

J’avais donc la chance de posséder un superbe chiot Husky, deux beaux enfants ainsi qu’un « multipass » : le congé parental d’éducation. De quoi prendre soin de mes trois amours et de mon chéri, en s’organisant bien, tout est toujours possible. Le printemps aidant, les longues randonnées se trouvèrent aisées à gérer, surtout avec ma remarquable poussette !

 

ontario-husky-chiot-2mois-m-laguillaumie-1001-nordiques-com

 

Un printemps pour éduquer Ontario

 

Ontario se révélait bien moins dominant qu’Inuit. C’était une chance, car, les horaires en deux-huit de mon cher et tendre ne me laissait que le matin ou le soir pour prendre le temps de parfaire son éducation. L’avantage de la belle saison, c’est que j’aurai pu le réaliser conjointement à nos vagabondages avec les enfants, mais le travail s’en ressentait moins soutenu. Pour autant, je détenais, à mes côtés, un perroquet qui, inlassablement et sans se démonter, répétait chacun des ordres donnés à Ontario. Autant dire que les pas de travers s’avéraient difficiles avec cet écho ferme et permanent déclaré d’une petite voix fluette.

Les premières promenades furent un équipage : Maëva sur l’arrière de la poussette, Thibault dedans, le chiot tenu en laisse, à droite ou à gauche en fonction du sens de la circulation. Forcément, quand nous débutions l’expédition, ma fille et le chien à ma gauche, des bousculades et quelques chutes demeurèrent inévitables.

 

 

chateau-ferte-vidame-pres-du-parc-enfantOntario était de nature plutôt curieuse et joviale, il ne refusait jamais les câlins des enfants. Je profitais du soir, lorsque mes loulous bipèdes dormaient ou tout du moins Thibault, pour des moments d’éducations plus soutenus. La gauche et la droite, au contraire d’Inuit, furent apprises en même temps : c’était vachement moins ennuyeux. Beaucoup plus drôle aussi quand ma fille le reprenait et qu’il écoutait.

 

Par chance, Ontario, lorsque nous avons emménagé dans la maison, était déjà propre. Nous possédions un jardin minuscule et mal clôturé : grillage d’à peine 50 cm et haies de troènes défraîchies. Bon, je m’en moque, j’aime pas les troènes, c’est moche ! Ajoutez à cela un portillon au treillage béant… Comme il s’agissait d’habitations mitoyennes et d’hlm. Pas question pour chéri de réaliser des travaux d’anti fuite de chien. Nous avons testé l’attache : Ontario ne supportait pas du tout : il pleurait, gémissait, bref, un vrai calvaire pour le quartier. Le souci du jardinet fut ainsi réglé, il n’irait pas et voilà tout. En grand seigneur, il patientait pour ses besoins que j’aie fini de faire déjeuner et préparer mes loustics pour sa promenade matinale. Un admirable chiot, non ?

 

Docteur, mon chien prend la plage pour un bac à sable !

Bien évidemment, afin d’éveiller mes enfants et ne pas les transformer en sauvages sociopathes, il fallait se rendre au parc. Là encore, je jouais de subtilité pour que tout se déroule au mieux pour les bipèdes comme pour mon quadrupède. Sac à langer, biberon pour les uns, bouteille et gamelle d’eau pour l’autre. Et moi ? Heu, j’admets avoir parfois oublié la mienne. Ontario partageait sa gam…, non, pardon, sa bouteille. Afin qu’Ontario ne s’oublie jamais dans le parc des enfants de la commune, c’était également toute une organisation : je déposais la poussette puis, installais Thibaut avec sa sœur, qui s’installait toute seule, dans le bac à sable. Ontario ne bougeait pas et restait près de la poussette. Je reprenais le chien, nous quittions le square et je le promenais quelque 10 mètres plus loin, sans lâcher mes lutins des yeux. Il faisait ses affaires et nous étions partis pour une heure de jeux, sans souci.

Pour la blague, Ontario n’ayant jamais eu le droit de lever, ne serait-ce que 2 secondes la patte au bac à sable, durant une escapade en bord de mer, j’ai paniqué.

husky-plageLorsque Thibault a eu 2 ans, et Maëva 4, nous nous sommes rendus sur la côte Normande. Ontario était heureux : 5 enfants avec qui jouer, un espace immense, la découverte de l’océan. Bref, c’était génial. Sauf que… sauf que nous étions partis vers les 8 h du matin et arrivés vers 10 h. Nous nous sommes promenés dans les rues de Cabourg une bonne demi-heure, puis nous avons profité de la grève au moins une heure. Seulement, mon Ontario n’avait pas levé une seule fois la patte avant, et encore moins sur la plage ! Je commençais à m’inquiéter de son bien-être, même si j’étais ravie qu’il prenne le rivage pour un grand bac à sable !

 

Une grande peur, encore

Lorsque j’ai récupéré Ontario, j’ai évidemment désiré effectuer une visite de contrôle afin de m’assurer de sa parfaite santé. Rendez-vous véto, je l’admets, retourner à son cabinet fut un véritable crève-cœur. C’était un excellent vétérinaire qui connaissait mon histoire et celle d’Inuit, je n’avais alors aucune raison d’aller ailleurs, même si les souvenirs d’Inuit planaient encore entre ses murs.

Il m’accueillit avec sa bienveillance habituelle et fut ravi de rencontrer mon nouvel ami, du reste aussi beau que le premier. Non, pas le vétérinaire ! Ontario. Il l’ausculte et là je vois qu’il fait la moue. J’avoue que j’ai dû blanchir parce qu’il a repris un visage moins expressif juste après.

ontario-husky-m-laguillaumie-1001-nordiques.com

Il attendait que je me rassoie, Ontario à mes pieds et soulagé que la séance de palpation ait pris fin. Avec toutes les précautions qu’il pouvait, il m’apprend qu’Ontario est cryptorchide. Je le regarde avec des yeux effarés et je commence sérieusement à paniquer aussi ! Il m’explique donc que les testicules sont remontés (la présence des deux attestée par le vétérinaire à ses 4 mois) et qu’il est préférable de pratiquer leur ablation afin d’éviter tout risque de cancer…

 

Et vous, avez-vous connu ce souci avec votre chien ? Quelle décision avez-vous prise ? Pensez-vous que la castration a modifié son caractère ?

 

Crédit image : unsplash-logoJaanus Jagomägi

Catégories : Mode de vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!