fbpx

Je n’oublierais jamais Inuit, nos 6 merveilleuses années. Je regrette qu’il soit parti si tôt. Je regrette qu’un simple parasite, aussi microscopique, puisse anéantir un être vivant. Je regrette les choix stupides qui ont conduit à cela. Pourtant une autre aventure m’attendait. Et, le jour où je pleurais toutes les larmes de mon corps, déjà un chiot attendait ma venue. Pas celle d’un autre, non, la mienne. Certains me reprocheront sans doute d’avoir vite oublié Inuit en reprenant seulement quelques mois plus tard un nouveau husky, mais c’était clairement trop dur. Et puis, avec le recul, je me rends compte que c’est ce chiot qui m’aura aidé à surmonter la dépression et la perte d’Inuit.

Une rencontre que je n’oublierais jamais

Après une phrase mémorable de mon cher et tendre se demandant pour quelles raisons étranges (non je ne joue pas du piano debout, ni lui non plus d’ailleurs !) j’avais « besoin de me balader sans mes enfants ». Ma décision fut prise : j’allais reprendre un chien. Et bien évidemment, ce serait un husky !  Après quelques recherches, je trouvais enfin un élevage pas trop loin (1h30 aller). Mon chéri s’était montré clair, pas d’autres chiens. Bon en même temps, il est plutôt chat, son idée se défendait. Mais je savais que je disposais d’un argument de poids : nous étions deux contre 1 pour un nouveau husky.

ontario-husky-chiot-m-laguillaumie-1001-nordiques-com

Il accepta donc de m’emmener visiter l’élevage d’une dame qui élevait des huskys et une autre race, (dont je ne m’en souviens pas). Si Thibault n’était pas en mesure d’émettre un avis tranché du haut de ses 4 mois, Maëva, elle, était charmée. Mon mari beaucoup moins. Il était là, petite boule de poil, entourée de ses deux sœurs et de sa mère.  Je suis tombée amoureuse de lui au premier regard. Ses yeux marron, son masque naissant, sa couleur encore claire qui laisserait bientôt apparaître un dégradé de noir et de gris. Si j’avais eu mon chéquier sur moi, et si mon mari n’avait pas été là, je serais repartie avec le chiot sous le bras. Mais mon homme n’est pas fou. Il ne voulait pas se faire avoir une seconde fois. En repartant, mon futur chien, je l’espérais, s’est pris une peignée par sa mère et ses sœurs : on ne l’avait pas choisi.

Quand j’ai une idée derrière la tête…

 

inuit-blagueurMaëva et moi-même grimacions en voyant que mon mari ne céderait pas. Me connaissant, à l’époque, j’ai dû bouder tout le long du trajet de retour. Penser à ce chiot, c’était oublier à quel point Inuit me manquait. Cela ne dissipait pas la peine, non. Le temps où je pensais à cette boule de poil vu le weekend, j’oubliais à quel point ne pas pouvoir m’allonger auprès d’Inuit, ma tête contre sa tête, me donnait une impression de vide.  Ne plus pouvoir plonger mon regard dans le sien, ne plus le voir sourire : si, les chiens sourient, ils ont même de l’humour.  Il me fallait donc établir un plan d’action.

Mon plan d’action boiteux : l’usure.

 

Voyant au bout de quelques jours, qu’une attitude raisonnable et raisonnée ne fléchissait pas sur sa décision. Je tentais une tactique plus fourbe pour obtenir l’assentiment de chéri. Chaque jour, sans discontinuer et jusqu’à ce qu’il craque, je lui ai parlé du chiot. En passant par le bénéfice d’avoir un chien à la maison pour les enfants, jusqu’à mettre ma fille dans ma poche pour qu’elle insiste également auprès de son papa pour avoir son chiot… Non, je ne suis pas fière de moi, mais à présent on en rit, ce qui n’était pas le cas du tout le jour où il m’a dit : « Vas-y ! Va le chercher ton chien ! Mais je te préviens, c’est le dernier ! ».

Dès le lendemain de ces mots, ô combien magique, de « Va le chercher », j’ai illico rappelé l’éleveuse. Heureusement, notre futur husky n’avait point trouvé maître à son pied !  Il est intéressant de voir aussi comment notre cerveau ne retient parfois qu’une seule information à toutes celles présentes dans la réponse. Mais l’important, c’était d’aller récupérer le chiot, mon troisième bébé.

ontario-husky-m-laguillaumie-1001-nordiques.com

Ma fille était radieuse de savoir qu’un nouveau chien entrait dans notre vie. Sans doute, la tension qui m’habitait s’était elle estompée. C’était sans doute plus cela qui la ravissait. Entre temps, toutefois, un mois s’était passé et il fallut attendre encore deux semaines avant de récupérer le loulou.

Pour autant, la nuit, je pleurais encore, quand tout le monde était couché et que seule la télé répondait à ma tristesse. Finalement, prendre ce chiot n’était peut-être pas une bonne idée. C’était sans doute trop tôt, mais je ne voulais pas renoncer.

Une arrivée plutôt fun et pleine de vie

 

Rendez-vous avait donc été pris avec l’éleveuse à ¾ d’heure de notre domicile. Nous devions nous rejoindre sur le parking du Leclerc de l’Aigle. Amusant, comme je garde en mémoire la froideur soudaine de l’éleveuse, sans doute la crainte de confier son bébé à n’importe qui. La crainte du chiot, qui s’il s’était montré enjoué à nous suivre à l’élevage, semblait à cet instant carrément paniqué.

ontario2-m-laguillaumie-1001-nordiques.comJe pris possession de ce nouveau petit être, qui, le temps de faire céder mon mari (oui, je sais, c’est pas bien) avait pris un mois de plus et atteignait son 5e mois… Vous savez la période où l’on a le sentiment qu’ils vont garder leurs oreilles à la Dumbo. Si, si.

Le voyage jusqu’à l’appartement se passe sans trop d’encombres. Nous montons les escaliers, je rentre à la maison… Et là, notre chiot, fou de joie, court dans tout l’appart comme un dératé et se précipite devant Maëva. Eh oui, là, c’est le drame : « Tu m’as menti maman ! C’est pas un chiot ! »

 

Eh vous, comment s’est passée votre première rencontre avec votre chiot ? Comment vos enfants, votre famille, ont-ils accueilli ce nouveau venu tout poilu ? 

Crédits photo : unsplash-logoJaanus Jagomägi

Catégories : Mode de vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!