fbpx

Ah ces huskys, quand ils ne nous font pas de blagues, ils nous font de grosses frayeurs. Comme avec nos enfants, il n’y a pas que les moments heureux, il y a aussi les inquiétudes, leur santé. Bref, on les aimes comme des mômes, nos grand sfous à quatre pattes.

Je hais les tiques !

La vie à la Ferté-Vidame s’écoule pour moi entre formation, stage et promenades avec mon bel Inuit. Souvent, on fait le tour de la ville, à vélo ou à pieds. Le dimanche, quand il fait froid, on s’arrête au Bar des sports, je bois mon chocolat chaud et Manu, le patron se précipite pour lui amener une gamelle d’eau. Si le temps est plus clément, parfois on s’arrête regarder le match de foot. Inuit reste calme un bon ¼ d’heure. Quand il en a marre, on repart en direction de l’appart.

tique male par André Karwath aka

Par André Karwath aka AkaTravail personnel, CC BY-SA 2.5, Lien

Et puis un jour, il est malade. Ça n’a pas l’air très grave, mais je suis inquiète, il manque d’entrain, paraît triste. La semaine dernière, j’ai retiré une de ses s… de tique. Puis il vomit, rendez-vous est pris chez le véto à Senonches. Tout va rentrer dans l’ordre.

Le vétérinaire fait un prélèvement de sang. Le couperet tombe : Piroplasmose.

Pas d’antibiotique, pas de vaccin proposé pour cette première infection. Le vétérinaire prend le temps de m’expliquer que les tiques sont porteuses de cette maladie. Il faut faire attention parce qu’en Eure et Loir, c’est courant que les tiques véhiculent ce parasite. Vérifier à chaque promenade que ces charmants petits insectes ne se sont pas déjà installés dans le magnifique pelage de mon loup. Comme produit, il me conseille Fron…, aujourd’hui décrié. Personnellement, j’adorais l’odeur de ce dernier, Inuit beaucoup moins !

Après quelques jours, je retrouve mon Inuit fier, enjoué et tête de mule. J’apprends aussi une bonne nouvelle, j’attends un heureux événement. Mais et le vélo ?

Interdit de canapé, c’est pô juste ! 

L’arrivée d’un bébé après l’adoption du chien, c’est toujours un tas d’angoisses et de questions. Et aussi, la remise en question de certaines choses.

huskys dans le canape 1001-nordiques.com

J’Sirène & Junior sur le canapé

Pour Inuit, l’interdiction du canapé semble être plutôt bien passée. Il était têtu, certes, mais plus au point de refaire des crises d’ado. Il a accepté bon an mal an de ne plus se prélasser dans le canapé, tant qu’on était présent 😊.

La nuit, quand nous partions nous coucher, ou lorsque nous allions en course, il en profitait bien évidemment pour plonger dans ce confort moelleux.

La chance que nous avions, lui comme moi, pour cette première grossesse, c’est que j’ai pu faire du vélo jusqu’au quatrième mois. Puis, de grandes promenades jusqu’au jour j. J’admets que me séparer d’Inuit, pour l’accouchement, c’était un peu angoissant tout de même. C’était la première fois que nous étions séparés si longtemps. Et j’angoissais un peu, voire beaucoup, de son attitude envers ma fille.

Je reviens, mais pas toute seule 

husky-profil-photo-noir-et-blanc-jeremy-bishop-603440-unsplash Tous les amoureux du husky le savent : les huskys adorent les enfants, quel que soit leur sexe, leur âge, et qu’ils aient 4 pattes ou pas. Inuit n’a pas fait exception à la règle, et a accepté, tout plein d’amour, le premier enfant de la fratrie. Dès le premier jour, il veillait devant la chambre de Maëva. S’inquiétant du moindre soupir, pire qu’une mère. Puis il a appris, tout comme moi, à reconnaître les pleurs importants de ceux qui l’étaient moins.

 

 

Cela s’est super bien passé entre eux, et même si j’avais toute confiance en Inuit, j’étais parfois un peu anxieuse de les laisser seuls dans la même pièce quelques minutes.

Lorsque je promenais ma Princesse, dans sa super poussette 4×4 équipée tout-terrain, il ne manquait jamais de surveiller du coin l’œil ce qui s’approchait pour saluer la nouvelle venue en ce monde.

En vérité, au départ, c’était un landau. J’avoue l’avoir vite troqué contre une poussette plus maniable dans les escaliers et surtout sur les chemins ruraux où j’emmenais mes amours : ma fille et mon chien.

Moins de vélo, mais plus de grandes promenades

L’après-grossesse on ne récupère pas forcément du premier coup. L’arrivée d’un bébé, c’est aussi du temps à diviser. Et comme il n’est pas élastique et qu’il fallait faire avec les horaires en 2×8 du papa, j’ai dû adapter les sorties poussettes et chien, chien tout seul et vélo.

Ma fille, dès qu’elle a été en âge de suivre sa maman, ne l’entendait pas de cette oreille, elle voulait, elle aussi promener le chien… Seulement, voilà, un husky ne se contente pas d’un kilomètre, c’est là que j’ai investi dans la poussette tout-terrain qui nous lâchera lâchement plus tard dans une sombre histoire de grève chez Mickey…

inuit-husky-yeux-vairon-m-laguillaumie-1001-nordiques.com

Inuit est moins protecteur avec Maëva, il a compris qu’elle avait, en elle, la même curiosité que lui sur le monde. Il surveille du coin de l’œil. Bonne pâte, il accepte de faire 15 fois le tour de la salle à manger, le mousqueton du collier accrocher au doigt d’une petite d’homme en couche-culotte. Ils ne sont guère câlins l’un envers l’autre, mais il aime Maëva. Il ne lui interdit qu’une seule chose : s’approcher de la porte-fenêtre.

Est-ce par protection, ou l’envie d’être tranquille ? Je ne sais pas, mais je l’ai surpris deux fois à montrer légèrement les dents. Je le gronde et emmène Maëva jouer avec moi, il a peut-être besoin qu’on le laisse tranquille aussi.

L’arrivée du deuxième enfant doit-elle m’inquiéter ? 

La nouvelle ne m’a pas surprise, je suis de nouveau enceinte et ravie. J’espère un garçon, histoire d’avoir le choix du roi. Ce qui m’inquiète surtout c’est de savoir si je vais pouvoir faire du vélo jusqu’au 4e mois de grossesse et comment je vais faire avec une petite fille d’à peine deux ans et un gros toutou, pour descendre tout le monde en sécurité pour les futures sorties. La vie est belle, car j’ai même un boulot, en bureau, enfin ! Ça me stresse de laisser Maëva chez la nounou, et Inuit tout seul dans l’appartement, mais il n’est pas chanteur et ne ronge plus rien depuis près de deux ans. Ce qui m’inquiète le plus, c’est qu’il risque de s’ennuyer.

D’autant plus que durant ces 13 mois, il a refait des poussées de piroplasmose. On est en plein dans les guerres de vaccins, et j’ai eu le tort de le refuser, par peur que cela ne fasse plus de mal que de bien. Mais ça, je ne le sais pas encore.

inuit-après-balade-m-laguillaumie-1001-nordiques.com

Pour le vélo, je comprends aussi très vite que ça ne sera pas possible, on transformera ça en grande balade à pieds. Cela me permet aussi de ne pas m’épuiser, entre le boulot, le toutou et ma fille. Sauf que, sauf que la route pour le travail est en travaux. Je dois passer par des petites routes pleines de bosses qui n’aident pas ma grossesse. Le résultat est le même que si j’avais continué le vélo : alitée pour deux mois et demi, pas le droit de mettre le pied par terre, sauf pour aller aux toilettes et encore… Pas le droit non plus, de garder ma fille. Du coup, elle est chez la nounou, alors que je suis à la maison… Mais au moins, je suis toute la journée auprès d’Inuit.

Et vous quelles techniques avez-vous mis en place pour l’arrivée de bébé lorsque votre toutou était là en premier ?  Nous, nous avions fait le choix de lui faire sentir les couches. Comment votre nordique a t’il réagit à l’arrivée de ce petit d’homme ?  Était-il fier comme Artaban ? Vous a t’il tiré une tête de trois pieds de long quelques jours ? 

 

Crédits photos : unsplash-logoJaanus Jagomägi unsplash-logoJeremy Bishop

Tique : Par André Karwath aka AkaTravail personnel, CC BY-SA 2.5, Lien

 

Catégories : Mode de vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.