Les saisons se suivent mais ne se ressemblent pas, et même si l’hiver se prête d’avantage aux sports d’attelage, pourquoi ne pas profiter des 1001 couleurs que nous offre l’automne ?

Où?

C’est dans un petit village de 1300 habitants que nous nous sommes rendu en ce doux mois de novembre, pour un regroupement de passionnés organisé par le club FFST « les traineaux vauclusiens ».

Situé au sud-est de la France dans le département du Vaucluse, cette petite commune apporte un cadre idyllique pour pratiquer l’attelage.

Sault se trouve à l’est du Mont Ventoux, au nord-est des Monts de Vaucluse et à la limite du plateau d’Albion.

Ses forêts et ses pierres calcaires nous font découvrir de magnifiques sentiers tapissés de feuilles tombées à l’automne.

Comme chaque année depuis 3 ans, des mushers se réunissent afin de s’entrainer avant les grandes courses sur neige et faire découvrir leur passion au grand public.

«  À la différence des courses officielles, un rassemblement constitue avant tout un entrainement et un moment de détente.

Les participants viennent pour passer un moment convivial tout en s’entrainant. Des diners sont organisés après chaque journée de travail afin de resserrer d’avantage les liens.

Le public est le bienvenue et l’entrée est gratuite. Nous répondons aux questions et proposons des baptêmes de cani-randonnée avec un professionnel faisant également partie du club. Le but étant de partager et passer les meilleurs moments possibles !» 

 

Christian Gautier, président du club « Les traineaux Vauclusiens »

 

Vous l’aurez compris, la bonne ambiance est un élément clé pour que tout se passe au mieux et c’est mission réussit puisque cette année, le nombre de visiteurs a encore augmenté.

Qui ?

Lors de ce weekend des 11 et du 12 novembre 2017, nous avons eu la chance de croiser plusieurs champions comme :

  • Tony Malo, 1er de la catégorie nordique en 150kms de la Vercors Quest en 2018 (MID)
  • Philippe Pilone, champion du monde de WSA
  • Anne Fulleringer, championne d’Europe bike en cani-VTT
  • Denis Rolando, champion d’Europe 2011.

Nous pouvions compter :

– 27 équipes de mushers,

– 220 chiens dont des Huskys, des Groenlandais et des Greyster,

– moult véhicules utilisés pour ces activités comme des quads, trottinettes, karts et vélos,

– deux circuits d’attelage dont un de 7.5 km et un plus grand de 11.5 km et un circuit destiné à la cani-randonnée.

Donnerak’s Runners et son stand de matériels d’attelage. Le petit souci que nous rencontrons parfois, c’est de trouver la bonne taille de harnais pour « Médor ». Dans ces cas là, il est plus simple et moins risqué de pouvoir essayer directement sur place (avec le chien bien sûr),

– le point chaud pour les petites faims (ou soifs, c’est vous qui voyez).

– le partage encore et toujours puisque chaque année les clubs voisins y sont invités, comme les Canikaze84.

Les moins :

– Si vous désiriez loger sur place (ou du moins pas très loin) pour assister aux deux journées de l’évènement, il fallait vous y prendre à l’avance en faisant vos propres recherches et réservations dans les petits villages aux alentours.

Quoi ?

  • Qu’est ce qu’un musher ?

C’est celui qui va entrainer et mener ses chiens tout le long de la saison et peu importe les conditions. Le terme musher viendrait directement du mot « marche » en français. Modifié au fils du temps pour devenir le mot « mush ». C’est le conducteur de l’attelage

  • Qu’est ce que la cani-rando ?

C’est une activité ouverte à tous,,,

C’est une randonnée où le chien va vous tracter à faible allure le temps d’une balade.

Il est évident que cette activité se pratique avec le matériel adéquat !

Harnais de traction pour le chien, baudrier pour l’humain, une ligne de trait avec amortisseur pour relier les deux et le tour est joué ! Il ne vous reste plus qu’à partir profiter de cet instant tout en faisant travailler votre cardio.

  •  Que peut-on y voir ?

Tout débute sur le parking de l’hippodrome …

Chaque participant est installé sur une place qui lui est attribuée.

Les chiens sont tenus sur une stake-out, cette ligne tendue entre deux points, permet d’y accrocher les chiens au collier sans risque lors des périodes de repos.

 

Les départs se font les uns à la suite des autres à des heures précises mais rien n’empêche les mushers de repartir faire un tour dans la journée. Cela permet au public de pouvoir assister à ces superbes moments d’euphorie collective à une heure donnée.

 

 

Les attelages s’éloignent dans la forêt tandis que des aboiements retentissent au loin dans le Bois du Défends…

Vous pouvez tout au long du weekend, décider d’échanger avec les participants et partir à la rencontre de leurs fidèles compagnons (une fois l’accord demandé auprès de la personne concernée).

Un rassemblement comme celui-ci permet surtout de transmettre une passion, de partager des émotions et des ressentis, mais aussi de sensibiliser les gens sur les besoins physiques et mentales de la race.

Je vais encore faire des généralités, mais les grandes lignes ne changent pas :

Un husky sibérien demande un certain niveau de dépense physique qui va varier en fonction de l’individu. Mais le principe est là, un sibérien qui n’est pas dépensé est un sibérien qui ne sera pas a l’aise dans ses pattounes. Il peut devenir destructeur, avoir tendance à partir plus souvent explorer le monde et ses merveilles, et parfois gêner le voisinage de par ses merveilleuses vocalises !

 

C’est donc l’occasion de se renseigner sur les différentes méthodes possibles pour se lancer dans les sports d’attelage avec son fidèle compagnon.

Et si cela peut prouver que sortir son chien n’est pas forcement contraignant, mais très utile, ce n’est que du plus !

Comment ?

Le public :

L’événement était ouvert et l’accès était gratuit. Le parking de l’hippodrome permettait un stationnement fluide et à proximité du lieu de rencontre.

Vous pouviez y venir en famille ou entre amis.

Les participants :

Nous avons retrouvé sur place un membre du groupe « passionnément husky ».

Olivier Le breton est un passionné de sibériens depuis un peu plus de deux ans :

« C’est un ami musher qui y participe tous les ans qui m’y a invité. Il m’a juste suffit d’imprimer et de remplir quelques documents que j’ai téléchargé sur la page Facebook du club, et de les renvoyer avant la date de clôture. »

Bien entendu, comme pour tout rassemblement de chiens, il y a des conditions à remplir :

« La fiche cyno-sanitaire est un document nécessaire qui récence les chiens présents lors de l’évènement et leurs dates de vaccinations. »

Comme toute passion, la folie du nordique se propage vite. Olivier n’est jamais seul puisque c’est toute sa petite famille qui le suit dans ces aventures :

« Effectivement, c’est une histoire de famille ! Il y a:

  •  mon épouse Sandrine qui m’aide énormément et qui me soutien,
  • Morgane qui a 11 ans et qui pratique déjà le cani-cross avec sa chienne,
  • Melyna, 9 ans qui participe à l’entretien du chenil et des chiens,
  • et Maxence qui joue beaucoup avec la meute.

Les petits suivent volontiers, quand on aime ce que l’on fait, on le transmet à nos enfants.»

Sa petite meute était également présente :

 » Nous avons 7 husky sibériens, Mato Wolf of Yellowknife, Mya, Dump et Never des nordiques du Champsaur et Loona, Nash et Naïa Wolf of Sibalt. »

Et comment se passe la logistique pour transporter tout ce petit monde ?

« J’ai fabriqué une remorque pour le transport des chiens et nous avons aménagé un fourgon pour pouvoir dormir sur place avec ma femme et mes enfants. » 

 

 

Ce qu’il faut retenir de ce weekend :

« Un très bon weekend, des gens merveilleux, une super ambiance ! J’ai appris pas mal de trucs et astuces, le parcours est magnifique et très bien indiqué. Les enfants ont également passé un super moment et m’en reparle encore !  »

 

De la bonne humeur, des rires, des joies, de la découverte et du partage. Voila en quelques mots le résumé de ces deux jours passé en compagnie des « traîneaux vauclusiens ».

Nous remercions l’organisateur pour les autorisations de publication et le temps qu’il nous a accordé,  les participants pour l’ambiance et leur accord concernant les photos des loulous ainsi qu’Olivier pour ce petit entretien fort sympathique.

Certaines photos (session de 2015, 2016 et 2017) ont été prises sur la page du club « les traineaux vauclusiens » avec l’accord du président afin de partager tous les bons moments que ce rassemblement peut créer.

Il ne nous reste plus qu’a attendre le prochain en 2018 …

Catégories : Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.