Ce n’est pas tous les jours que des évènements sportifs sont organisés par des refuges animaliers. Je saute donc sur l’occasion pour vous faire découvrir ce rassemblement ouvert à tous, où l’ont peut prendre du plaisir avec son chien, découvrir le monde de la compétition et surtout , faire sa BA !

Petit résumé du 3ème canicross valentinois qui s’est déroulé en avril cette année.

Édition 2018

Je reprends toujours les questions de base pour la trame … pour moi c’est plus simple et comme je sors pas des sentiers battus facilement, ça me permet de ne pas trop me mettre la pression de l’écrivain 😛

De quoi parle-t-on ? De canicross.

Le canicross Valentinois c’est une course organisée par le refuge St roch de Valence sous le règlement officiel de la FSCL (Fédération des Sports et Loisirs Canins). Le classement est établi par catégories et tous les bénéfices sont reversés aux pensionnaires de ce même refuge.

C’est ça le plus important !

Il est possible d’y participer en canicross (comme son nom l’indique), mais aussi en cani-vtt et pour cette édition 2018, également en cani-trottinette !

1 er de sa catégorie mais également du classement général cani-trottinette !

Pour les moins sportifs, il était prévu une ballade en canimarche ou non selon les envies de tout âge et tout style, pour les jeunes de 7 à 77 ans …

Future graine de champion !

Où ?

Au Sud est de la France (bah oui, je reste sur mon territoire pour commencer), entre le Vercors et la Provence, se cache Valence, la ville la plus peuplée de Drôme.

C’est donc là bas que je me suis rendue le 15 avril dernier pour faire ma première compétition en cani-trottinette ! OUPS !! Je vais trop vite … on y reviendra plus tard …

Qui ?

Tout droit sortie d’une discussion avec la directrice du refuge st Roch Céline SAPET, l’idée emballe tout le monde et réunit 150 participants lors de sa première édition en 2016!

Pourquoi ?

Et bien de nos jours, ce n’est pas chose facile que de lutter pour la cause animale.

Les refuges sont pleins à craquer, les financements et apports d’argent sont parfois insuffisants, puis surtout, il faut avoir assez de notoriété pour arriver à :

  • placer un maximum d’animaux dans de bonnes familles
  • apporter le nécessaire à ceux qui attendent derrière les barreaux

Alors quoi de mieux qu’un événement sportif qui rassemble des passionnés, des donateurs éventuels, mais aussi des jambes et des bras pour emmener les chiens du refuge se dégourdir les patounes ?

Ready ?

Comment ?

Il suffisait de remplir la fiche d’inscription et la fiche cyno sanitaire disponible sur le site de l’événement et de les renvoyer avec votre règlement par chèque (12 euros pour les licenciés et 15 euros pour les non-licenciés) avant la date indiquée sur les documents.

Bien, comme le règlement de la fédération le stipule, il était nécessaire d’avoir le matériel adéquat pour participer. Au cas où, le refuge avait tout prévu et un stand de vente était présent sur place avec des kits à moindre coût.

La journée !

Le retrait des dossards s’effectue généralement la veille et le matin, en même temps que le contrôle vétérinaire.

Le top départ est donné, les vélos et trottinettes partent chacun leur tour toutes les 30 secondes, alors que les canicrosseurs s’élancent par vague tel de courageux soldats entrant sur le champ de bataille (oui ! c’est à ça que ça me fait penser, j’y peux rien). La course est sur une distance de 6 km, le règlement FSLC accorde un seul chien par concurrent, autrement dit -> c’est une histoire de binôme sur ce coup là!

Edition 2016 – départ canicross.

À son arrivée, chaque participant a droit à une petite collation contre la remise de son dossard. Place au repos du guerrier …

Les Canikaze 84 en plein cani-apéro …

Il était possible ce jour-là de visiter l’enceinte du refuge pour y trouver un futur compagnon, pourquoi pas ? C’est aussi ça la magie du sport :  cette année des chiens adoptés l’année dernière lors de ce même événement, sont venus participer avec leurs nouveaux maîtres ….

Quand deux passions fusionnent, c’est toujours pour le meilleur et jamais pour le pire !

Duo improbable

Mon avis perso :

Les + :

les – :

  • des températures correctes, mais pas forcement optimales pour du nordique
  • pas assez de concurrents pour la catégorie trottinette (indépendant de la volonté des organisateurs)

Ma première !

Depuis ces trois dernières années, je vivais ma passion dans mon coin. Je suivais mon mari dans ses aventures parfois complètement folle sans même penser à faire de la compet’ un jour

J’ai pris la décision, moi l’anxieuse de la vie, et plutôt l’âme compétitrice par-dessus le marché, de me lancer en cani-trottinette avec ma petite Lyanna Wolf of Sibalt.

Pour une première j’en suis ressortie gagnante ! je ne parle pas de cette coupe que j’ai « récupérée » car j’étais la seule concurrente de ma catégorie … mais plutôt de la fierté de réaliser cela avec ma petite moitié. Quasiment au ¾ du circuit, quand ma chienne se donnait bien, était très à l’écoute , et que notre lien était plus fort que jamais, je me suis rendu compte que c’était l’accomplissement de ses 3 années d’entrainement et que peu importe la place du classement, c’était avant tout le bonheur d’être là toutes les deux.  Le canicross valentinois n’est peut-être pas un événement de timbré, mais il offre l’opportunité aux gens de se lancer peu importe l’âge, dans cette formidable aventure sportive. Lorsque j’ai passé la ligne d’arrivée, je me suis effondrée non pas de fatigue, mais de joie et d’émotion ! On oubli jamais une première fois et la mienne fut magique !

Lyanna Wolf of Sibalt, ma petite pandasse … photo by Marina Fabro

Conclusion

Si vous pratiquez, et que vous hésitez à vous lancer par peur, que ce soit de perdre, d’être ridicule ou je ne sais quoi, dites-vous que tout ce qui compte, c’est ce que vous vivez avec votre ou vos chiens !

Le reste c’est que du bonus 😉

Des fois sans qu’on s’y attende …

Crédit photo : canicross Valentinois

 


2 commentaires

mylene chorier · 30 octobre 2018 à 6 h 18 min

Pratiquez ce sport en compétition quand je serais prete!!!

    Vincent Duvernet · 2 novembre 2018 à 9 h 51 min

    Il n’est jamais trop tard pour commencer petit à petit à son rythme.
    Et surtout, ne pas oublier de venir partager ces moments sur nos groupes de discussion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.